À quoi en est-on ?

Depuis sa création, la profession de pair praticien s’est diffusée bien au-delà des États-Unis – à commencer par les pays anglophones. Face à l’intérêt des institutions et des usagers, les formations se multiplient à présent parmi les régions francophones.

Québec

L’Association Québécoise pour la Réadaptation Psychosociale propose une “formation spécialisée en intervention par les pairs” par son programme Pairs Aidants Réseau.

Cette formation comptabilise dix jours de cours, six jours de stage et un séminaire d’intégration – soit un total de 119 heures de théorie et 42 heures de pratique. L’ensemble des cours sont regroupés sur deux semaines durant lesquelles les étudiants vivent ensemble. Le fait d’avoir obtenu préalablement une promesse d’embauche comme pair aidant est une condition pour se porter candidat à cette formation.

Ce programme de formation est offert par la Direction générale de la formation continue de l’Université Laval et appuyé par l’École de service social. Depuis 2008, le programme Pairs Aidants Réseau a formé près de 170 personnes.

France

En 2012, la France débute – sous l’égide du Centre Collaborateur OMS – la dite expérimentation des médiateurs de santé pairs, à Paris, Lille et Marseille. La première formation, organisée par l’Université Paris 8, consiste en un diplôme universitaire – auquel il était possible d’accéder avec un Baccalauréat ou grâce à une procédure proche de la Validation des Acquis et de l’Expérience.

Sur un total de huit mois, les étudiants ont suivi 224 heures de cours en alternance avec leur stage pratique – un emploi de pair dans le milieu hospitalier. À la fin de la formation, un contrat à durée déterminée de deux ans était proposé à chaque participant. À ce jour, environ la moitié des personnes formées travaillent encore en tant que pairs.

La deuxième volée de médiateurs de santé pairs – qui débutera a priori au printemps 2018 – aura des exigences académiques supérieures, puisqu’il s’agira alors d’une licence professionnelle.

Belgique

En Belgique, la première formation francophone a eu lieu en 2016 à l’Université de Mons, sous le titre de “Formation universitaire à la pair-aidance, santé mentale et précarité”. Une quinzaine d’étudiants ont suivi un cursus de 186 heures – soit une journée de cours par semaine durant une année – divisé en neuf axes thématiques et cinquante-six modules. En addition, un stage pratique optionnel peut être réalisé. Bien qu’aucun titre scolaire ne soit actuellement exigé de la part des candidats, les responsables envisagent d’inclure le Baccalauréat parmi les pré-requis. Ce programme – agréé par le Fond Social Européen – devrait être réitéré durant cinq années consécutives, certifiant au total jusqu’à 70 pairs.

Parallèlement, d’autres établissements wallons prévoient d’organiser des formations à la pair-aidance. À ce jour, l’essentiel des pairs travaillent de façon bénévole ou selon un statut ambigu de “professionnel qualifié avec la particularité d’avoir une expérience de maladie”.