Quel est l'intérêt ?

Le sens de l’implication d’usagers formés dans la santé mentale peut sembler une évidence. Cependant, afin d’être crédible aux yeux des institutions, une évaluation scientifique du bénéfice apporté par cette nouvelle profession est indispensable.

Pour les institutions

La méta-analyse britannique de Trachtenberg et al. (2013) a compilé six études longitudinales comparant – durant six à douze mois – le coût pour employer un pair praticien au bénéfice résultant d’une réduction de la durée d’hospitalisation. Il en ressort que, pour chaque livre anglaise investie sur un pair praticien, l’institution gagne en retour 4.76 £ – soit un bénéfice net de 3.76 £.

Pour les patients

La revue de littérature de Miyamoto et Sono (2012) portant sur 51 études au sujet de la pair-aidance relève un certain nombre « d’effets émotionnels » sur les patients, notamment :

  • les patients se sentent compris et en confiance,
  • les pairs jouent un rôle de modèle positif de rétablissement,
  • les patients ressentent du respect, de l’humanité, de la confiance et font plus facilement alliance avec les pairs qu’avec le reste de l’équipe – facilitant ainsi leur engagement et leur satisfaction,
  • les pairs encouragent les patients à revendiquer plus franchement leurs objectifs,
  • les pairs comprennent intimement les frustrations des patients vis-à-vis du système de santé.

Pour les équipes

Pour terminer, il ressort de cette étude que la présence de pairs praticiens au sein d’une équipe :

  • incite les autres professionnels à être davantage centrés sur le patient et orientés vers le rétablissement,
  • facilite une meilleure compréhension du vécu des patients,
  • encourage patients et soignants à être optimistes et à agir dans le sens du rétablissement,
  • agit en interface entre le patient et l’équipe – permettant une plus grande compréhension mutuelle,
  • incite l’institution à se focaliser davantage sur le rétablissement, les relations interpersonnelles et la collaboration,
  • met l’accent sur les capacités du patient – diminuant par conséquent la stigmatisation.

Pour les pairs eux-mêmes

Les mêmes auteurs ont identifié différents bénéfices pour les pairs praticiens eux-mêmes, tels que :

  • un sentiment d’efficacité du au fait d’aider d’autres personnes,
  • une connaissance de soi améliorée en raison des échanges d’expériences similaires,
  • des compétences développées par les expériences de travail au service de l’Humain.