Qu'est-ce qu'un pair praticien ?

Un pair praticien est un usager des services de santé mentale qui – après avoir pris un recul suffisant sur son vécu – accompli une formation certifiante afin d’intervenir – en tant que professionnel – dans le milieu de la psychiatrie, que ce soit dans les soins, l’enseignement, la recherche ou la gestion.

À l’interface entre les professionnels de la santé et les usagers, il agit pour faciliter la collaboration entre patients, proches et soignants, améliorer la compréhension de la maladie psychique et augmenter la participation des personnes concernées à l’organisation des soins. Participant à un mouvement d’humanisation et de démocratisation de la psychiatrie, il vise à rendre leur place aux malades – dans les soins comme dans la société.

Soins

Dans le domaine des soins, le pair praticien peut s’appuyer sur son expérience afin d’accueillir, soutenir et accompagner la personne en souffrance – ou son proche – que ce soit par des entretiens individuels ou des groupes. Il peut également enrichir les pratiques des soignants en leur apportant un regard différent ou servir d’interface entre les usagers, les proches et les soignants, dans le but de faciliter la communication et la prise de décisions partagées.

Enseignement et recherche

Le pair praticien peut également oeuvrer dans l’enseignement afin de présenter le point de vue d’une personne concernée par l’animation de cours ou rapprocher les plans de formation des besoins des usagers.

Dans la recherche, il peut faciliter la communication entre le milieu scientifique et les usagers, notamment en augmentant la participation des personnes concernées dans les projets.

Gestion et politique

Dans la gestion, le pair praticien peut améliorer la prise en compte du point de vue des usagers ainsi que leur implication dans la gestion institutionnelle ou encourager et encadrer la prise de parole par les personnes concernées dans une optique d’action communautaire.

Dans la politique, il peut orienter les politiques de la santé et du social vers une meilleure prise en considération du vécu et des droits des usagers ou communiquer auprès des différents publics de manière à déstigmatiser l’expérience de la maladie psychique.